02/10/2012

Expé Sieben du 27 au 30/09/2012

DSC_3606.JPGAprès l’annulation de l’expé hivernale pour cause d’accident présidentiel et les deux expéditions de prospection de mai et août, il était temps de repasser aux choses sérieuses. Nous étions 6 pour cet expé : Aymeric, Robin, Gaétan, Boul, Claude et moi. Au programme, le deséquipement de la « Rivière de Glace– Z914 » où nous abandonnons, au moins à moyen terme, nos explos ; une tentative de désobstruction du Z912 ; la poursuite de la désob du Z913 entamée l’an dernier ; la recherche du Z48 qui reste intéressant (courant d’air bestial) et l’exploration d’un maximum de trous souffleurs pointés au GPS les 2 derniers hivers.

 

Après une route détestable pour raison de chantiers multiples, nous nous échouons à Habkern à 03h15 du matin, sous une pluie glaciale. Nous renonçons à monter au refuge dans la foulée et dormons quelques heures dans le fenil d’hiver. Nous nous levons sous un beau et inattendu soleil. Le moral remontant avec le thermomètre, nous sommes au chalet avant midi avec nos charges. Après un casse-croûte léger, nous redescendons pour un portage supplémentaire : tronçonneuse, barres pour réparer la bâche du Z90, perforateur, etc. Nous finissons la journée par une grosse corvée bois, partiellement motorisée, et en allant planter 2 spits au sommet du puits découvert cet été en direction de la ferme d’Oberberg, à la limite grès/calcaires.

 

DSC_3686.JPGLe lendemain, explorons le trou en question. Ce sera vite fait : P5 suivi d’une lucarne donnant sur un ressaut et, enfin, une petite salle aveugle. Nous allons ensuite déséquiper la « Rivière de Glace» dont le fond, revu maintes fois, est toujours aussi peu accueillant. L’après-midi, Gaétan, qui n’est jamais venu qu’en hiver, et Robin, pour qui c’est la 1ère visite aux Siebenhengste, vont faire une longue ballade en profitant de la météo estivale. Les 4 autres se répartissent en 2 équipes. L’une, composée de Claude et Aymeric va revoir le fond du Z912, trou découvert et désobstrué il y a 2 ans déjà et qui butte sur une trémie à -30 après un beau P20. L’autre binôme, constitué de Boul et Marc, poursuit la désob du Z913. Il s’agissait d’un trou aveugle marqué d’une croix mais dans lequel, à la faveur d’un gros orage, on entendait clairement une cascade à travers les blocs obstruant le P2 d’entrée. Au Z912, après des recherches poussées et une tentative de désobstruction dans la trémie, c’est l’échec. Aucun espoir d’aboutir sans des travaux colossaux et dangereux. Le trou est donc considéré comme terminé. Au Z913, ce n’est guère mieux. Après une désob rapide, on a accès à un beau DSC_3799.JPGP15 lenticulaire qui se termine… sur une salle ébouleuse sans aucune suite pénétrable. Une couche de mauvais calcaire (couleur beige et aspect sableux) bloque résolument nos explorations dans cette zone. Pas découragés, nous tentons encore notre chance dans un trou situé juste à coté et qui n’est l’objet d’aucun marquage. Après un rapide nettoyage du fond de la galerie d’entrée, on a accès à un P18 en forme d’amande. Hop ! 2 spits et le puits est descendu. Au fond, un petit névé et des blocs empêchent de poursuivre. Aucun courant d’air, rien en vue : rideau ! Nous nous retrouvons à 6 en fin d’après-midi. En rentrant, nous faisons un crochet par le « Trou des 2 mouillettes », une perte petite découverte sous la pluie (encore !) en mai par Fred V et Claude. Pas de bol ici non plus, les grands puits et les immenses galeries, ce sera pour un autre trou !

 

DSC_3757.JPGLe 29, Aymeric, Robin, Gaétan et Claude tentent une descente du Z15 (jonctionné au réseau il y a déjà 4 ans). Très vite, ils tombent sur des équipements hors d’usage : spits ne tenant plus que par miracle à cause de la gelifraction, etc. Il faudra rééquiper le trou (sauf le P20 d’entrée qui a été broché en même temps que le Z49). Pendant cette descente avortée après seulement 2 puits, Boul et Marc, de leur coté, essayent, en surface, de retrouver le Z48. Il s’agit d’un trou découvert au début des années 70 et jamais revu depuis. Croisé, par hasard, il y a 3 ans lors d’une ballade, il soufflait incroyablement fort. Ceci n’avait d’ailleurs pas échappé aux découvreurs qui avait fait état de ce fait dans leur compte-rendu et avait même fait une désobstruction à l’explosif dans la petite galerie phréatique qui suit le méandre d’entrée. Malheureusement, nous ne disposions pas des coordonnées GPS du trou et le plan joint au vieux récit d’exploration était inexact. Après 2 heures de vaines recherches, nous laissons tomber. Rejoints par l’équipe du Z15, nous explorons tour à tour, une dizaine de trous souffleurs pointés dans le GPS plus quelques trous alléchants croisés au passage. DSC_3808.JPGQuelques beaux puits dont un P25, mais aucune suite pénétrable. Nous tombons toujours sur d’importantes et instables trémies ou sur des rétrécissements interdisant tout espoir. Un seul trou (futur Z915 ?) découvert par Robin, Gaêtan et Marc laisse un espoir car seule une étroiture ponctuelle barre l’accès à un large puits que l’on aperçoit sans peine. Un cailloux lancé avec dextérité au travers de l’étroiture confirme que le puits fait au moins 10 ou 15m ! Il faudra revenir avec quelques arguments « percutants ». Au gré de nos recherches, nous pointons aussi au GPS d’anciens trous aperçus en chemin : Z47, Z60, Z66, Z46A, etc. afin de compléter les archives. Une désobstruction est tentée au Z13, sans suite évidente. Une queute de plus !

DSC_3739.JPGCependant, fin d’après-midi, la chance tourne ! En ressortant d’un P10 souffleur mais sans suite, Marc se retourne et… tombe sur le Z48 ! Cette lucarne qui s’ouvre dans une petite falaise est atypique pour les Sieben et est aisément reconnaissable. On bat le rappel des troupes et on se lance. Finalement, ce seront Aymeric et Claude qui descendront le P18 entrevu par les anciens explorateurs. Au bas de celui-ci, un ressaut de 5m, une salle, un nouveau ressaut, une nouvelle salle et… des départs partout : puits remontant, méandre, galerie dans le plancher, étroiture donnant sur une petite salle, etc. ! Evidemment, il est 20h30 et nous partons demain… Le trou reste équipé (P18) car il est clair qu’il devient un objectif prioritaire. En effet, le Z48 est bien placé au dessus de la zone vierge du massif, à l’Ouest du lapiaz et beaucoup plus haut que le Z49. Il faudra cependant revenir avec le perforateur pour améliorer l’équipement sommaire : AN sur sangle… et faire la topo car, par manque de temps, seul un croquis a été réalisé. Notons que cette zone du lapiaz est complexe. Il y a très clairement plusieurs époques de creusement karstique. Une en régime noyé et une plus classique. De même, des galeries très anciennes ont été trépanées par l’érosion et sont visibles en surface (paléokarst ?). Une étude géologique serait la bienvenue…

 

DSC_3726.JPGNos espoirs de découvrir un nouvel accès direct et rapide à la zone inexplorée reprennent après quelques années décourageantes.

 

Deux expés sont d’ores et déjà programmées : w-e du 1/11/12 (resp Bartho) et Pâques 2013 (resp Marc).

Une ou deux soirées topo sont à prévoir !

 

Marc, président content de ses ouailles.

Les commentaires sont fermés.